Close
3 conseils avisés pour faire voguer son entreprise

3 conseils avisés pour faire voguer son entreprise

1er conseil : Garder son autonomie et ne pas tout déléguer les yeux fermés.

Cette condition passe impérativement par l’acceptation de la prise en charge d’une partie de la gestion d’entreprise même si l’on est accompagné par des tierces personnes compétentes dans ce domaine.

Un chef d’entreprise (ou deux conjointement) doit toujours rester le décideur et être au milieu des échanges stratégiques qui engagent la société. Ne pas s’en remettre à l’autre mais toujours chercher à comprendre la problématique ou l’enjeu posé au moins dans les grandes lignes. Le détail ou les aspects techniques peuvent être délégués avec avec une restitution ultérieure des équipes.

2ème conseil : Les copains, oui mais attention..

Cela peut être très bénéfique et valorisant de faire participer les copains dans son entreprise surtout s’ils sont autant investis que vous en tant que chef d’entreprise ou qu’ils apportent leur participation financière.

Toutefois, derrière cet aspect jovial, trop de copains dans les relations professionnelles ou trop de « je fais confiance par ce que c’est une connaissance de .. ou le copain d’un tel.. » peut nuire fortement à votre entreprise. Pour la simple raison que vous ne l’aurez pas confronté au marché.

Les copains peuvent s’avérer de mauvais conseils par leurs connaissances du sujet erronées ou insuffisantes ou encore de mauvais entremetteurs. Vous risquez d’être fortement déçu à termes. Evitons les phrases de type « s’y c’était à refaire, je referai différemment.. » et tentez d’anticiper les bonnes décisions en amont.

Les copains ne sont pas non plus toujours les plus efficients ou les plus compétents même si on les affectionne. Ces relations vous coûteront même parfois à service ou conseil équivalent, beaucoup plus cher.

Conclusion, les copains doivent rester des copains et il est peut être plus intéressant de ne pas nuire ces relations amicales par des enjeux professionnels.

A l’inverse, les rencontres professionnelles et les partenaires en affaires peuvent devenir à termes des amis mais cela ne se produit généralement que lorsque le business principal n’est plus d’actualité.

3ème conseil : Ne pas être mal accompagné.

S’assurer de la compétence et de la légitimité de la personne qui vous accompagne même si, une fois encore, c’est une personne de notre réseau personnel que l’on affectionne particulièrement.

Attention, aux spécialistes ou aux différents consultants qui vous revendiquent être les meilleurs ou que l’on vous relaye comme tels. S’assurer au préalable du bon niveau de technicité de l’interlocuteur et de son implication réelle dans le domaine de spécialisation.

Quoiqu’il en soit toujours les mettre en concurrence et favoriser une personne neutre qui fait preuve de discernement.

Cela vous permettra peut-être d’éviter de finir avec un contentieux administratif ou juridique, une levée de fonds interrompue ou mal négociée, un contrôle fiscal ou social lourd en conséquences, un contrat inapproprié ou encore un salarié difficile à gérer.

Vous êtes seul décisionnaire et responsable du parcours de votre entreprise. Il est important d’être en capacité de projeter son entreprise à court et moyen terme même si les stratégies évoluent en fonction des contraintes de marché, d’ordre techniques ou législatives. Vous êtes le décisionnaire et le challenger de votre entreprise.

0 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *